Open letter to Glendale councilmember Joyce Clark

Hello Miss Clark,

I’m talking on behalf of Canadians here. I’m actually a french Canadian.

Don’t see this letter as disrespectful,  or an attack against you, because it’s not.

I’m just sending you a message because we feel it’s totally disrespectful to treat us like you do on twitter.

I understand the fact that you received messages from us that you disliked. I hear you. I also have my share of attacks by many people on twitter, especially by some Coyotes fans because I only talk about Coyotes saga and say things they disagree and dislike. I can still talk with any of them who disagrees with me, as long as they keep the chat classy. Like everywhere else, there are « trolls » and « bullies », but also there are people who disagree with you. It’s their right to express their opinion. Where is the limit of acceptable? That’s the tough question.

I’m just wondering why you block EVERY canadians you find on your account? Why block people who never said a thing to you?

In fact, I tried myself to create a whole new account, with an egg as « avatar ». All I did was following you. Never retweeted you, never mentioned you, nothing. Still, the day after, I was blocked.

Do you realize that you also blocked journalists who were following you for a while and were covering the whole saga?

Why justify yourself about your blocks? You think we still can’t read you?

Why express hate to every Canadians because of few who made hateful comments?

If I had to judge every Arizona residents based on some of the Coyotes fans I talked with (many expressed hate toward me and insulted me), I could say that they are all classless and totally disrespectful. Do I think that it’s the case? OF COURSE NOT! I’m sure there are a lot of good people in your state. Because I can make sense of things!

Here are your tweets about us:

« I will be so pleased when Coyotes issue is settled. Then all of these Canadian poachers can move on to another team and another city. »

« Thanks to everyone for your good wishes and support. Coyotes fans are a class act. Do you think it’s ok if I say to Canadians, Bye-Bye! »

« I have blocked all Canadians. No one should have to take their abuse. Block…Block…Block »

« A correction on my Canadian block. It refers to French Canadians not West Canada. »

It sure sounds like racism. Isn’t it?

Racism: RACISM definition from Larousse dictionary: « Systematic attitude of hostility towards a particular category of persons »

Social Medias such as twitter are great communications tools. But sometimes it brings it’s share of abuse and bads. At the beginning, you received messages from a few people who disagreed with you, and some who were disrespectful. When you wrote those things about all Canadians, it got worse. You reached a BIGGER amount of people. Did you expect we would not react?  We were shocked to see a politician from the USA who expressed, maintained, and encouraged some already existing hatred by some of you to our nation and our population without apparent distinction. Can you blame us for not being angry? This saga was already very emotional for all of you and of us.

That’s why you can’t underestimate social medias. Our messages reach people around the world… Even if your account is private.

Do you know that many players on your team are Canadians including a few french speaking Quebecers?

Also, you know that Canada is part of your tourism economy. Right?

As far as NHL goes, many fans from Canada brings you money when they come to watch their team playing against Coyotes. You can also notice that the Jobing.com arena is almost full when Coyotes play one of the Canadian teams. Without those games, your season average attendance numbers would be even lower.

Have you ever heard about NHL revenue sharing? When hockey teams like Panthers, Islanders, Predators and Coyotes (…) lose money every year, teams that make profits like Canadiens, Maple Leafs, Canucks, Flames, Jets, Oilers, New York (…)  pays for those deficits. Which means that Canadians also pay for the money Glendale and Coyotes are losing.

It’s sad to see that you don’t seem to recognize all the good things that Canada provides you.

If you think you were misunderstood or you badly expressed yourself, I suggest you clarify you were not talking about every Canadians / french Canadians. You should unblock Canadians who never disrespected you and you should make an apology.

After all, you’re a public figure & a politician!

I hope you’ll think about it and learn from it.

Thank you

Daniel Blanchet

@mxdan316

Québec : Tout est encore possible

Maintenant que le repêchage est terminé, tous les yeux des partisans de hockey se tourneront sur la saga des Coyotes de Phoenix qui perdure à Glendale, car la date limite du 27 juin 2012 (http://www.azcentral.com/video/1697682988001) imposée par la LNH à la Ville de Glendale et au groupe de Greg Jamison, approche à grands pas. Gary Bettman devra rapidement prendre une décision pour déterminer l’avenir des Coyotes, et ce, avant le 1er juillet 2012, date à laquelle la période de signature des agents libres commence dans la LNH.

La LNH a actuellement deux options : elle garde l’équipe sous-tutelle à Glendale une année de plus si Glendale accepte de lui verser un autre montant de 25 M$ par année, malgré ses problèmes financiers ou bien elle déménage l’équipe à Québec.

Les villes de Seattle, de Kansas City, de Markham et de Toronto ne sont pas des options valides en ce moment, soit en raison de l’absence d’un propriétaire intéressé ou de la présence d’un aréna trop désuet.

Quelle sera la décision de la ligue?

Tandis que la saga se poursuit, s’allonge, s’éternise et se prolonge depuis 2009, la lumière au bout du tunnel pour les partisans des Coyotes semble encore bien loin.

En ce moment, Greg Jamison n’a pas l’argent nécessaire pour acheter les Coyotes et ses investisseurs mystérieux ne peuvent toujours pas être identifiés. Qui veut investir dans du hockey dans le désert? Qui veut mettre de l’argent dans une équipe qui perd de 25 à 40 M$ par année dans une ville où le hockey est loin d’être une passion?

Ceux-ci attendent peut-être que la ville leur paie un total de plus de 400 M$ pendant 20 ans pour décider de mettre leur argent dans ce projet?

Vont-ils accepter d’investir

– Si un référendum sur l’entente entre Jamison et Glendale risque d’avoir lieu?

– Si une bataille juridique sur l’entente et le budget est présentement en cour?

– Si la ville se dirige vers la faillite et risque de ne plus pouvoir payer le locataire dans quelques années?

– Si au moins six des sept prochains membres du conseil municipal, incluant la mairesse, seront remplacés l’an prochain par des conseillers qui semblent en défaveur avec cette entente et le budget actuel?

– Si la porte de sortie avant la fin du contrat de 20 ans (déménager l’équipe) leur coûtera 350 M$?

– Si la prochaine saison de la LNH est menacée par un lockout?

– Si on peine à remplir les gradins même avec des promotions de billets donnés ou encore des billets vendus à des prix aussi bas que 5 $ en saison régulière?

Cette semaine, les fonctionnaires de Glendale ont envisagé d’offrir l’hôtel de ville et le poste de police principal en garantie pour obtenir un prêt de 41 M $ afin de couvrir les dettes liées au sport. (http://www.azcentral.com/community/glendale/articles/2012/06/23/20120623glendale-weighs-option-cover-sports-debt.html)

La ville utiliserait l’argent pour effectuer les payments à la LNH et peut-être faire des paiements sur le stade Camelback Ranch, le stade de baseball d’entraînement printanier de la ville.

La LNH aimerait tellement que cela fonctionne à Phoenix, que Jamison aille l’argent et des investisseurs solides, une ville qui dépense beaucoup d’argent sans qu’il y ait une bataille juridique ou une contestation populaire, un bon soutien des partisans et des bancs toujours remplis là-bas. Toutes des choses qui ne sont pas présentes dans le désert. Et pourtant, la LNH s’entête à essayer de sauver cette franchise qui a perdu beaucoup d’argent chaque année depuis ses débuts à Glendale.

Avec la convention collective qui vient à échéance en septembre 2012, la LNH veut certainement régler la situation des propriétaires à Glendale afin d’éviter les distractions, car la nouvelle convention aura des répercussions importantes sur le partage des revenus, ainsi que sur le cap salarial.

Veut-on vivre tout cela un an de plus du côté du bureau des gouverneurs de la ligue?

La semaine dernière…

Joe Cobb, un citoyen de Glendale, a commencé à recueillir des signatures pour tenir un référendum sur le bulletin de vote de novembre dans le but de renverser la décision du Conseil municipal de Glendale visant à octroyer une entente de prêt pour l’aréna de plusieurs millions de dollars sur 20 ans à un acheteur potentiel des Coyotes de Phoenix (Jamison). http://www.yourwestvalley.com/glendale/article_e9bec15c-bc99-11e1-a5cd-0019bb2963f4.html#.T-TMQlrIo_V.twitter)

Le calendrier provisoire de la LNH a été publié en incluant les Coyotes de Phoenix malgré l’incertitude qui plane autour de l’équipe. (http://www.nhl.com/ice/fr/schedulebyseason.htm)

Cependant, des rumeurs prétendent que la LNH a élaboré plus d’un calendrier dans l’éventualité où elle devait déménager les Coyotes avant la saison prochaine puisque la LNH a déclaré à plusieurs reprises qu’elle ne voulait pas posséder la franchise en difficulté pendant une autre saison.

La rencontre entre Patrick Roy et Gary Bettman pour déjeuner à l’hôtel la journée du repêchage était-elle un hasard? C’est la question qu’on se pose. Cependant, il est évident que Gary Bettman avait une intention bien claire en s’exposant ainsi à la vue des journalistes. Un message à Phoenix? Si Bettman avait voulu parler avec Patrick sans partir de rumeurs, de spéculations ou de vague médiatique, il l’aurait rencontré en privé. Donc, c’est logique d’affirmer que c’était soigneusement préparé.

Le ton changeant de Bettman et Daly cette semaine en a dit beaucoup également.

Bettman était visiblement irrité après la sortie de la réunion des gouverneurs et a admis ne pas être en mesure de signer une entente en ce moment avec Greg Jamison, faute d’argent. Dans une entrevue radio de Pittsburgh, Gary a évoqué la possibilité que la Goldwater Institute gagne  sa cause, que la ville perde les Coyotes et que le blâme soit mis sur ses épaules… Il était visiblement en colère envers la Goldwater Institute et il ne s’en est pas caché.

Bill Daly, lui, a évoqué les autres options à envisager s’ils ne s’entendent pas avec le groupe Jamison très bientôt. Celui-ci ne parlait plus de cette façon depuis que la LNH avait annoncé qu’elle allait de l’avant pour négocier avec Greg Jamison en mai dernier. Il a recommencé ce discours la semaine dernière.

La suite de cette interminable saga dans un Twitter près de chez vous!

Texte écrit par Daniel Blanchet (@mxdan316) et Fred Poulin (@FredPoulin98) en collaboration.

Version anglaise ici: http://thehockeywriters.com/hockey-quebec-city-everything-still-possible/

19 juin 2012: Le début d’un élan bleu?

Bonjour à tous,

Sentez-vous la fébrilité aujourd’hui?

19 juin 2012

Aujourd’hui, la Goldwater Institute va en cour contre la Ville de Glendale pour faire invalider le vote concernant l’entente de gestion du Jobing.com Arena à Greg Jamison.

Le bureau des gouverneurs de la LNH se réunissent également à Las Vegas pour discuter, entres autres, du dossier des Coyotes.

La LNH est à la croisée des chemins. Greg Jamison a peine a ramassé l’argent nécessaire pour acheter les Coyotes. Les investisseurs sont très réticents à investir dans le marché désertique que Phoenix représente pour le hockey. C’est normal!

Si la Goldwater Institute convainc la cour de faire annuler le vote de la ville, ce sera peut-être la goutte qui fera déborder le vase. La LNH devra se rendre à l’évidence et déménager l’équipe à Québec.

Sinon, si la ville a gain de cause et que le vote n’est pas annulé, rien n’est perdu pour nous. Un référendum sur le budget de la ville pourrait avoir lieu en automne. La LNH veut-elle vraiment revivre tout ce trouble une année de plus?

Aujourd’hui, nous risquons d’apprendre de nouvelles réponses à nos questionnements. Ce dossier est mystérieux. L’entêtement de Gary Bettman me sidère. C’est à me demander s’il ne pliera pas bagage si un autre déménagement devait survenir pour une 2e année de suite ou même s’il refuse de déménager la franchise à la demande des Gouverneurs. Son plan SUD aura été un échec et son ego en prend déjà un coup. Rappellez-vous sa tête d’enterrement l’an dernier à l’annonce du retour des Jets!

On se reparle plus tard! 

Suivez-moi sur twitter pour suivre le dossier de près aujourd’hui!

mxdan316

La Goldwater Institute: Solide et déterminée!

Bon samedi tout le monde! 

Quelle belle journée aujourd’hui, je m’en vais profiter de ce beau temps après ce blogue!

Alors, avez-vous pu vous mettre quelque chose sous la dent vendredi? Ce fut une journée forte en émotions dans le dossier des #Coyotes et la ville de Glendale!

Pour ma part j’ai ajouté, à mon compte de tweets, plus de 300. Ça m’a valut des problèmes techniques, les mêmes que la journaliste Lisa Halverstadt. Nous avons trop tweeté, et twitter nous disait avoir atteint la limite durant la journée! Heureusement c’est revenu après quelques minutes.

Je ne passerai pas mon temps à résumer la journée d’hier, j’estime qu’il en serait trop long à vous énumérer tous les points importants. Je crois de toute façon que vous êtes déjà au courant.

Je voulais simplement parler de la Goldwater Institute, communément appelée le chien de garde des payeurs de taxes de l’Arizona. Elle parle au nom d’une majorité des citoyens en défaveur de l’entente de fou (J’ai un « comeback de Denis De Belleval!) avec Greg Jamison pour la gestion de l’aréna.

Elle voulait empêcher le vote de vendredi, car on avait violé une ordonnance de la cour qui date de 2009, en plus de certaines lois qui oblige la ville à publier TOUS les documents d’une entente publiquement pour laisser le temps aux citoyens d’étudier la dite entente. 

La juge a mentionné qu’elle n’avait pas le pouvoir d’empêcher un vote d’avoir lieu. C’est d’ailleurs ce que l’avocat de la ville avait dit dans son plaidoyer. Il avait également avoué lui-même que la cour avait le pouvoir d’annuler un vote après qu’il ait eu lieu.

La cour a reconnu que la ville avait bel et bien enfreint la loi et a suggéré à la Goldwater Institute de revenir en cour pour annuler le vote. 

La Goldwater a bien l’intention de revenir voir la juge, et ce, dès lundi! 

Selon ce que j’entend, et en étudiant les avertissements écrites de l’institut envers la ville, on étudie fortement la possibilité de poursuivre Glendale avec la présente entente car elle contiendrait des anormalités et cacherait des subventions au groupe de Jamison, chose que l’état de l’Arizona interdit dans sa loi. La clause qui interdit ce genre de subventions, se nomme la « Gift clause ». 

J’aime bien me rappeler des propos que certains qui disaient que la Goldwater Institute ne poursuivrait pas avec la présente entente, que celle-ci était solide. Hors, tous savent bien qu’elle déguise des subventions. On paiera en moyenne 15M$ à Jamison pour la gestion de l’aréna, pour un total de plus de 300M$ pendant 20 ans. Hors, il en coûterait autour de 10M$ selon certains. Et les droits de stationnements tous donné à Greg Jamison qui valaient 100M$ l’an passé dans la tentative d’entente avec Mathieu Hulsizer, est donnée gratuitement par la ville. Une autre anomalie que la GWI a décelée.

La Goldwater sait très bien que les payeurs de taxes sont majoritairement pas des fans de hockey, ou des Coyotes. Elle sait très bien aussi que même si on déguise l’entente, les payeurs de taxes s’en font passer une « petite vite »! 

J’ai bien hâte de voir la suite lundi… La LNH est certainement à bout de patience! 

Le retour des Nordiques cet été n’est toujours pas un rêve farfelue..

D’ici là, je suis content que la Goldwater Institute soit solide et déterminée!

Suivez-moi sur twitter: mxdan316